logo

La révolution française

1789,la révolution éclate en France. Les biens monastiques sont confisqués et Aulne perd ses terres françaises. N'oublions pas que nous faisons toujours partie de la Principauté de Liège et le 17 août 1789 la révolution liégeoise éclate. Les liégeois veulent imiter les français, se libérer de l' oppression de la Principauté et organisent la résistance. Le clergé est mis à contribution et en 1790 Aulne doit payer 80 000 florins aux liégeois. En plus, les bourgeois de Thuin, avec à leur tête les bourgmestres Mengal et Bataille essayèrent de piller l'abbaye mais renoncèrent ayant appris que les domestiques et ouvriers étaient armés. Aulne et Thuin continuèrent à s'affronter. Une des causes de la révolution était la famine. Les mauvaises récoltes dues à la sécheresse, un dur hiver affamaient la population. Les thudiniens se rendirent à Aulne dans l'espoir de trouver du grain mais ils n'en trouvèrent point. Le lendemain Bataille fit afficher que deux distillateurs de Thuin vendaient leur grain 3 sous de moins que les moines. (Ces personnes possédaient des grains inutilisables depuis que les édits liégeois avaient défendus de distiller. La population ameutée essaya de bombarder l'abbaye avec " le sptantole " mais abandonnèrent vu que l'abbaye était armée pour les recevoir. Toujours, en 1790, deux bateaux contenant du grain à destination de l'abbaye furent arraisonnés sur la Sambre à Thuin, coulés et leur équipage prisonnier. Les brigandages continuèrent et trois pièces de canon furent installées au monastère de Lobbes et après quelques décharges sur les maisons des bourgmestres, le calme fut rétabli. Mais, l'abbaye s'était crées des ennemis irréductibles…

Invasion des français révolutionnaires et l'exil de l'abbé Herset

La France déclare la guerre à François II empereur d'Autriche roi de Hongrie et de Bohème. Dès la fin avril, les Français franchirent la frontière mais furent mis en déroute par les troupes de l'Empereur. Mais le 28 juillet, ils dévastent l'abbaye de la Thure et les 22 moinesses trouvent refuge à Aulne. Lobbes et Aulne sont également prises par les Français après leur victoire à Jemappes le 6 novembre 1792. Dom Herset décide de partir à Maastricht. Il revint le 25 décembre pour trouver l'abbaye pleine de français et repart à Louvain jusqu'en mars 1793. Le 20 janvier janvier 1793, l'Assemblée liègeoise vota le rattachement à la France.Le 18 mars, victoire autrichienne à Neerurinden. Les Français sont rejetés aux frontières.

revolutionnaire

Bataille France-Prusse

Herset revient d'exil en mars. Non seulement il y retrouve des français mais également les partisans de la révolution et surtout l'avocat Marlier et sa femme qui avait participé aux troubles de 1790. Fin mars, le monastère d'Aulne est pratiquement remis en ordre. En 1792-93, les français partageaient l'abbaye avec les moines et efectuèrent un inventaire complet des biens de l'abbaye. Mais Aulne vécut une autre période agitée. Autrichiens, Prussiens, Anglais et Hollandais s'unissent contre les français. Une succession de batailles se déroulent dans nos régions. Le 26 avril 1794, l'armée française des Ardennes se met en marche pour se concentrer près de la Sambre. Le 10 mai, elle passe à l'attaque. Le général Marceau marche sur Thuin. Charbonnier pousse vers Gozée. Il est 9 heures quand l'avant-garde entre à Beaudribus où ils se sont attardés car le boire et le manger y était très bon. Pendant ce temps, les moines s'enfuient vers Fontaine l'Evêque en passant sous la porte de Landelies en franchissant le vieux pont.

L'incendie de l'abbaye et l'exil des moines

Le 14 mai après-midi, les français entrent dans l'abbaye et incendient l'église symbole de la religion. Mais quel était leur motif pour incendier tout le monastère ? Aucun, puisqu'ils avaient établi un inventaire des biens pour pouvoir s'y installer. Mais rappelons nous la misère et la famine de la population et le contraste avec Aulne la Riche se vantant de posséder grains, nourriture et offrant de fastueux banquets aux hôtes importants. Depuis 1793, les habitants de la région pillent l'abbaye et lorsque les français arrivent en 1794 beaucoup de richesses ont déjà disparu et les voisins du monastère les accompagnent dans leur travail de desruction. Dans sa fuite, Dom Herset a égalemet emporté plusieurs trésors. Mais sur les 40.000 livres et 5.000 manuscrits que comptait la bibliothèque de l'abbaye, seuls 117 sont parvenus à ce jour à être identifiés provenant d'Aulne. 114 appartenant à la Bibliothèque Royale à Bruxelles qui a racheté à Sir Thomas Phillips, riche collectionneur anglais du XIXeme qui vint séjourner dans la région et qui en avait retrouvé un bon nombre. De cette collection, un ouvrage se trouve à New York et un autre à Sidney. Puisque les manuscrits se trouvaient en Angleterre, ceci renforce encore la thèse que les français n'ont pas participé au pillage d'Aulne.

incendie

Retour des moines

En novembre 1794, les premiers moines réfugiés à Louvain reviennent à Aulne. Voyant l'ampleur des dégâts, ils s'installent à la ferme Beaudribus. Juin 1795, vingt moines décident de commencer la restauration de l'abbaye. Le 3 août 1795, Dom Herset rentre à Aulne. Mais en 1796, les ordres religieux sont supprimés par le Conseil des Cinq Cents. En 1795, la brasserie est restaurée et en 1796, la scierie aux marbres est rétablie. Les toits à la Mansart sont remplacés par des toits à deux versants et couverts d'ardoises venant de Boussu-lez-Walcourt et les vitres de Jumet. Les moines sont dessaisis de l'administration de leurs biens et ne peuvent plus rien exiger des fermiers. Le 17 janvier 1797, les religieux d'Aulne refusent les bons de retraite que les français leur présentent. Mais le 2 février 1797, un écrit de Rome leur permet de les accepter et en juillet 1797, ils rachètent la ferme abbatiale de Beaudribus, puis la "grande Louvière" à Saint-Vaast et d'autres encore. Le 12 mai 1798 Charly de Mons rachète Aulne, et déclare ses commands : Cordier de Marchienne-au-PontRucquoy qui signe pour Herset et Lorent. Le 16 juillet 1798, quelques moines dont Dom Herset reprennent le chemin de l'exil ne voulant pas accepter le serment d'allégeance à la République. Le 15 décembre 1798, Dom Herset commence à rédiger "Chronique d'Aulne" précieuse chronique sur l'abbaye. En 1802 Bonaparte rétablit le culte catholique. Dom Herset revient d'exil et est nommé chanoine honoraire de la cathédrale de Tournai (le nouveau diocèse de Tournai ayant été érigé le 10 avril 1802). Le 7 avril 1806 Dom Herset se déclare propriétaire des 3/4 du monastère, le dernier quart appartenant à Cordier. Cordier et Warrocqué qui geraient les biens des moines à Mons revendiquaient la propriété d'Aulne mais ni l'un ni l'autre ne parvinrent à s'approprier le monastère.